pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

La mort subite d’un athée à Baltimore.

Un athée, Whitney, faisait beaucoup parler de lui en Amérique. Se trouvant un jour à Baltimore, dans un restaurant avec quelques amis, il entama avec eux une conversation sur des sujets religieux et on souleva la question de l’existence de Dieu. Whitney la nia et ajouta à sa négation la malédiction suivante: «Je défie ce prétendu Tout-Puissant de me tuer à l’instant: Il S’en gardera bien puisqu’Il n’existe pas.» Aussitôt il tomba par terre, et tous les efforts pour le ranimer furent inutiles: il était mort et bien mort. Ce fait fut rapporté par la plupart des journaux d’Amérique et produisit une impression très profonde. (New-York Herald 1903)

Les impies sont souvent dès cette vie châtiés par Dieu. Dieu accepte le défi de l’athée surtout pour l’éternité: Il lui montrera qu’en effet, à cause de son malheureux choix, il n’y a plus pour lui de Dieu d’amour, ni par conséquent de bonheur éternel.

L’hôtelier impie.

Deux voyageurs entrèrent un soir chez un hôtelier libre-penseur. Assis sur la terrasse ils contemplaient le firmament parsemé d’étoiles et s’extasiaient sur la Toute-Puissance de Dieu; l’hôtelier qui les entendit, sourit et leur dit que tout cela provenait de l’évolution de la matière et non pas de Dieu, qui n’existait pas. On alla se coucher et au milieu de la nuit le feu éclata dans une maison voisine. Les aboiements des chiens et la clarté réveillèrent l’hôtelier qui se précipita sur la route, élevant les bras au ciel et s’écriant: «Mon Dieu! Mon Dieu! faites que le feu ne prenne pas chez moi.» Les hôtes, qui avaient entendu ses cris et sa prière, lui dirent: «Hier, vous étiez si fier de proclamer qu’il n’y a pas de Dieu et aujourd’hui vous implorez Son secours: ce n’est pas sincère, aussi est-il douteux qu’Il vous aide; Il tient à vous châtier pour votre impiété.» Et en effet l’hôtel commença à prendre feu.

Au milieu du danger, il n’y a plus d’athées.

Autres histoires...

Ste-Famille

La mort subite d’un athée à Baltimore.

Un athée, Whitney, faisait beaucoup parler de lui en Amérique. Se trouvant un jour à Baltimore, dans un restaurant avec quelques amis, il entama avec eux une conversation sur des sujets religieux et on souleva la question de l’existence de Dieu. Whitney la nia et ajouta à sa négation la malédiction suivante: «Je défie ce prétendu Tout-Puissant de me tuer à l’instant: Il S’en gardera bien puisqu’Il n’existe pas.» Aussitôt il tomba par terre, et tous les efforts pour le ranimer furent inutiles: il était mort et bien mort. Ce fait fut rapporté par la plupart des journaux d’Amérique et produisit une impression très profonde. (New-York Herald 1903)

Les impies sont souvent dès cette vie châtiés par Dieu. Dieu accepte le défi de l’athée surtout pour l’éternité: Il lui montrera qu’en effet, à cause de son malheureux choix, il n’y a plus pour lui de Dieu d’amour, ni par conséquent de bonheur éternel.

L’hôtelier impie.

Deux voyageurs entrèrent un soir chez un hôtelier libre-penseur. Assis sur la terrasse ils contemplaient le firmament parsemé d’étoiles et s’extasiaient sur la Toute-Puissance de Dieu; l’hôtelier qui les entendit, sourit et leur dit que tout cela provenait de l’évolution de la matière et non pas de Dieu, qui n’existait pas. On alla se coucher et au milieu de la nuit le feu éclata dans une maison voisine. Les aboiements des chiens et la clarté réveillèrent l’hôtelier qui se précipita sur la route, élevant les bras au ciel et s’écriant: «Mon Dieu! Mon Dieu! faites que le feu ne prenne pas chez moi.» Les hôtes, qui avaient entendu ses cris et sa prière, lui dirent: «Hier, vous étiez si fier de proclamer qu’il n’y a pas de Dieu et aujourd’hui vous implorez Son secours: ce n’est pas sincère, aussi est-il douteux qu’Il vous aide; Il tient à vous châtier pour votre impiété.» Et en effet l’hôtel commença à prendre feu.

Au milieu du danger, il n’y a plus d’athées.

Autres histoires...