pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Ste-Famille

Le roi et le philosophe.

Hiéron de Syracuse fit un jour venir le philosophe Simonides et lui demanda ce qu’était Dieu. Le sage demanda une journée de réflexion; après les vingt-quatre heures, il revint en demander deux fois autant, puis quatre jours, et ainsi de suite, en réclamant chaque fois le double du délai précédent. Enfin le roi lui demanda raison de sa conduite, et le sage répondit: «Plus je réfléchis à la question, plus elle devient mystérieuse.»

L’infini ne peut pas être saisi adéquatement par notre intelligence bornée: Dieu seul peut Se comprendre Lui-même. Saint Jean décrit Dieu par ces mots: «Dieu est amour.» (I Jean 4, 7) En effet, l’amour de Dieu pour l’homme est le principe de toutes Ses oeuvres.

La peine de l’exil.

Saint Jean Chrysostome, évêque de Constantinople (+ 407), était mal vu des gens de la cour à cause de la liberté de sa prédication: l’impératrice Eudoxie surtout le détestait. Elle le fit un jour menacer de bannissement. «Ne pensez pas par là, répondit le saint évêque, m’inspirer une terreur quelconque. Vous devriez savoir que Dieu est présent partout, et que vous ne pourriez m’effrayer qu’en me reléguant dans un lieu où Dieu ne serait pas.»

Si par hasard vous vous effrayiez d’être seul quelque part, pensez à la présence de Dieu. Quand un homme peureux se voit accompagné, sa crainte des fantômes diminue; il aurait d’autant moins de raison de trembler, s’il réfléchissait à la présence de Dieu, sans la volonté duquel aucun spectre ne pourrait apparaître. Le souvenir de la présence de Dieu rend l’homme intrépide.

Autres histoires...

Ste-Famille

Le roi et le philosophe.

Hiéron de Syracuse fit un jour venir le philosophe Simonides et lui demanda ce qu’était Dieu. Le sage demanda une journée de réflexion; après les vingt-quatre heures, il revint en demander deux fois autant, puis quatre jours, et ainsi de suite, en réclamant chaque fois le double du délai précédent. Enfin le roi lui demanda raison de sa conduite, et le sage répondit: «Plus je réfléchis à la question, plus elle devient mystérieuse.»

L’infini ne peut pas être saisi adéquatement par notre intelligence bornée: Dieu seul peut Se comprendre Lui-même. Saint Jean décrit Dieu par ces mots: «Dieu est amour.» (I Jean 4, 7) En effet, l’amour de Dieu pour l’homme est le principe de toutes Ses oeuvres.

La peine de l’exil.

Saint Jean Chrysostome, évêque de Constantinople (+ 407), était mal vu des gens de la cour à cause de la liberté de sa prédication: l’impératrice Eudoxie surtout le détestait. Elle le fit un jour menacer de bannissement. «Ne pensez pas par là, répondit le saint évêque, m’inspirer une terreur quelconque. Vous devriez savoir que Dieu est présent partout, et que vous ne pourriez m’effrayer qu’en me reléguant dans un lieu où Dieu ne serait pas.»

Si par hasard vous vous effrayiez d’être seul quelque part, pensez à la présence de Dieu. Quand un homme peureux se voit accompagné, sa crainte des fantômes diminue; il aurait d’autant moins de raison de trembler, s’il réfléchissait à la présence de Dieu, sans la volonté duquel aucun spectre ne pourrait apparaître. Le souvenir de la présence de Dieu rend l’homme intrépide.

Autres histoires...