pour bien connaître notre religion

Recherche
Generic filters

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez,
vous pouvez envoyer un courriel:
apotres@magnificat.ca

Magnificat!

Pour la Conservation du Dépôt de la Foi!
Pour que le Règne de Dieu arrive!

Une histoire pour chaque jour...

Sainte-Famille-2010

Deux enfants sautent par la fenêtre.

Le 13 février 1856 le tocsin éveilla au milieu de la nuit les habitants du village de Zams dans le Tyrol. Deux des plus grandes maisons brûlaient, et les habitants de l’une d’elles n’eurent que juste le temps de se sauver à la hâte par les escaliers en feu. Dans leur frayeur ils avaient oublié deux enfants qui dormaient dans une mansarde. Les deux enfants – c’étaient deux fillettes de 8 et de 12 ans – ne se réveillèrent que quand une partie du plancher s’enfonça. Elles sautèrent du lit et voulurent ouvrir la porte, mais une fumée épaisse menaçait de les suffoquer. Voyant qu’elles ne pourraient sortir par la porte, l’aînée dit à la cadette: «Je sauterai par la fenêtre; si je ne me blesse pas, tu me suivras.» Puis elle sauta en bas en s’écriant tout haut: «Bon ange, aidez-moi.» Elle tomba sur le sol et se releva saine et sauve en s’écriant: «Viens vite, Jeannette, je ne me suis pas fait mal.» Jeannette hasarda le saut et fut protégée par le bon ange comme sa sœur. — La joie des parents, voyant leurs enfants miraculeusement sauvés, était sans bornes, ils tombèrent à genoux et rendirent grâce à Dieu.

Un garçon de Schwyz sauvé par son bon ange.

Une mère faisait la prière du matin avec son enfant; quand la mère voulut finir, l’enfant lui dit: «Mère, il faut que je prie encore le bon ange.» Après la prière il se rendit dans la forêt, où son père travaillait, et au moment où il s’approchait, on était en train d’abattre un grand chêne. Malheureusement le chêne tomba du côté où se trouvait l’enfant. Les ouvriers poussèrent un cri, mais il était trop tard: l’arbre était tombé sur l’enfant. Les bûcherons accoururent, le croyant mort, mais à leur grande surprise ils le trouvèrent intact au milieu des branches.

Qu’il fait bon d’invoquer le bon ange avant une course ou tout autre entreprise!

Autres histoires...

Sainte-Famille-2010

Deux enfants sautent par la fenêtre.

Le 13 février 1856 le tocsin éveilla au milieu de la nuit les habitants du village de Zams dans le Tyrol. Deux des plus grandes maisons brûlaient, et les habitants de l’une d’elles n’eurent que juste le temps de se sauver à la hâte par les escaliers en feu. Dans leur frayeur ils avaient oublié deux enfants qui dormaient dans une mansarde. Les deux enfants – c’étaient deux fillettes de 8 et de 12 ans – ne se réveillèrent que quand une partie du plancher s’enfonça. Elles sautèrent du lit et voulurent ouvrir la porte, mais une fumée épaisse menaçait de les suffoquer. Voyant qu’elles ne pourraient sortir par la porte, l’aînée dit à la cadette: «Je sauterai par la fenêtre; si je ne me blesse pas, tu me suivras.» Puis elle sauta en bas en s’écriant tout haut: «Bon ange, aidez-moi.» Elle tomba sur le sol et se releva saine et sauve en s’écriant: «Viens vite, Jeannette, je ne me suis pas fait mal.» Jeannette hasarda le saut et fut protégée par le bon ange comme sa sœur. — La joie des parents, voyant leurs enfants miraculeusement sauvés, était sans bornes, ils tombèrent à genoux et rendirent grâce à Dieu.

Un garçon de Schwyz sauvé par son bon ange.

Une mère faisait la prière du matin avec son enfant; quand la mère voulut finir, l’enfant lui dit: «Mère, il faut que je prie encore le bon ange.» Après la prière il se rendit dans la forêt, où son père travaillait, et au moment où il s’approchait, on était en train d’abattre un grand chêne. Malheureusement le chêne tomba du côté où se trouvait l’enfant. Les ouvriers poussèrent un cri, mais il était trop tard: l’arbre était tombé sur l’enfant. Les bûcherons accoururent, le croyant mort, mais à leur grande surprise ils le trouvèrent intact au milieu des branches.

Qu’il fait bon d’invoquer le bon ange avant une course ou tout autre entreprise!

Autres histoires...